L’eau potable constitue encore une denrée rare dans plusieurs pays. Selon les chiffres qui ont été publiés par l’Organisation Mondiale de la Santé, des milliards d’individus n’ont toujours pas accès à l’eau potable. Un coup dur pour les Nations Unies qui poursuivent l’objectif d’augmenter le nombre de personnes bénéficiant de l’eau potable d’ici à 2015.

Un chiffre encore très élevé

Si l’Organisation des Nations Unies a souligné, dans un rapport qu’elle a récemment publié, qu’un peu plus de 700 millions d’individus sont encore privés d’eau potable, pour l’Organisation Mondiale de la Santé, ce chiffre est erroné. En 2013, en effet, cette organisation a procédé à l’évaluation du nombre d’individus qui n’ont droit qu’à une eau de qualité douteuse et les chiffre à 2,4 milliards.
Deux tiers de la population mondiale utilisent chaque jour de l’eau de qualité, conforme aux normes, tandis que le reste n’y a pas accès, faute de moyens ou pour faute d’infrastructures installées par les autorités sanitaires de leurs pays. Inutile, dans ce cadre, de préciser que la qualité de vie respective de ces deux parts de la population mondiale n’est pas comparable : une très grande partie de ceux qui ne bénéficient pas des privilèges de disposer d’eau potable est issue des pays pauvres.

La population des pays pauvres les plus concernées

En plus de ne pas avoir accès à l’eau potable, cette population est aussi confrontée à un manque d’eau : les coupures et le manque d’infrastructures qui permettraient de pomper efficacement l’eau se trouvent à l’origine de ce problème.
Bien que de nombreuses actions aient été entreprises pour permettre à tous de jouir d’une eau sans danger pour la santé, les efforts à déployer restent encore énormes, compte tenu de l’accroissement de la population mondiale. De plus, en Afrique subsaharienne ainsi qu’en Ukraine, la situation ne tend pas à s’améliorer. Les régions rurales de ces deux pays sont lésées en termes d’adduction d’eau. Ce qui pousse les paysans à venir vivre en ville. A partir de là, la situation devient un cercle vicieux puisque plus les habitants des zones rurales migrent vers les zones urbaines, plus les problèmes d’eau de ces dernières s’aggravent car la demande en la matière est en constante hausse.

L’eau potable, un privilège

Si les pays les plus pauvres sont ceux qui comptent le plus d’habitants privés d’eau potable, les pays riches en abritent aussi beaucoup. La France et la Grande-Bretagne figurent parmi eux. Près de deux millions d’individus sont privés de ce droit, faute de moyens pour payer leurs factures.
Dans les pays pauvres, l’utilisation d’un osmoseur permet de rendre l’eau potable. Cette solution peut leur offrir la possibilité de résoudre une grande partie du problème. Demeure toutefois les conséquences du manque de moyens financiers.
L’eau potable n’est pas prévue être gratuite dans les prochaines années à venir. Pour tous ceux qui vivent sous le seuil de la pauvreté, l’eau salubre continuera donc de constituer un luxe.
Pour en savoir plus sur l’eau que l’on peut boire, vous pouvez également lire cet article.

 

Pour terminer on vous propose de regarder cet excellent reportage de C’est pas sorcier.